Idées, projets, vision... pour faire bouger le pays, les gens et les marques en Martinique et ailleurs...

Laisse-moi te dire

Quand les guerres intestines empêchent la Martinique d'avancer...

Quand les guerres intestines empêchent la Martinique d'avancer...

Par cette tribune libre, Yvon Joseph-Henri dénonce les agressions auxquelles se livrent quelques individus en quête de subversion, et appelle la majorité silencieuse au sursaut pour qu'elle résiste aux manipulations et se rassemble dans l'esprit d'unité dont la Martinique a tant besoin pour sortir de ses difficultés. Une tribune aussi courageuse que lucide...

GARDER LE CAP, UNE EXIGENCE DE VERITE AU SERVICE DU PAYS

Une fois de plus il m’appartient de dire mon indignation face à cette campagne orchestrée par des « RVN », manipulés en sous-mains par quelques vagues élus ou anciens élus. Dans quel but ? En 2009 déjà, le SNES dont j’étais le secrétaire, dénonçait les dérives d’un mouvement juste et populaire contre la vie chère qu’on manipulait pour en faire un choix politique vers l’indépendance via l’autonomie. On sait ce qu’il en est advenu !

La campagne actuelle cherche – c’est un fonctionnement terroriste, à la DAESH - à créer un climat de terreur et tente de soulever la population en la prenant en otage dans une querelle qui sert de prétexte à des roitelets en mal de pouvoir, dictateurs écartés de charges qu’ils pensaient pouvoir exercer toute leur vie. 

Ils sentent bien, ces dictateurs en puissance, qu’une page est en train de se tourner et que c’est leur fonds de commerce qui s’éloigne. Un fonds de commerce bien rôdé et que l’Antillais qui retourne au pays découvre à son tour : martèlement sur l’esclavage ; agression de planteurs, de producteurs de rhum ; jugement populaire sur des bases fausses, et surtout, surtout, refus du futur qui exclut ces marchands de cauchemars, émules aux petits pieds d’un fantôme édulcoré d’un Bokassa de la Caraïbe.

Le fonds de commerce de ces petits Bokassa est le béké, et leur haine feinte devrait leur permettre de revenir en politique ; mais ces guerres intestines interdisent à la Martinique d’avancer !

Aucune société ne peut accepter de telles tentatives de guérillas menées par des factions qui tentent d’obtenir de force ce que leur refuse, en toute légalité, le plus grand nombre. Dès lors, il faut à la société la réaction ferme de ses composantes majeures que sont les élus et le pouvoir régalien d’un état de droit. Or, la bouche résolument cousue de certains de nos élus, complices de ces déstabilisations d’un état démocratique, les exclut de fait de la sphère démocratique.

Qu’ils le veuillent ou non, malgré eux, nous continuerons à travailler, main dans la main, toutes ethnies confondues dans l’amour et le service du pays, à construire une Martinique unie qui enrichira le pays et ses habitants, et qui permettra à notre île de rayonner et d’ouvrir enfin la voie d’une modernité apaisée et durable à toute la Caraïbe.

Yvon JOSEPH-HENRI

Professeur retraité

Président d’associations

Ancien responsable syndical :

  • Secrétaire SNES Lycée Schoelcher,
  • Secrétaire académique SNES Martinique
  • Secrétaire départemental FSU Martinique
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

MARIE LOUISE daniel 21/03/2021 15:48

Bonne analyse et cnclusion de l etat de cette martinique !!