Aujourd'hui, "laisse-moi te dire" donne la parole à Christian Arno, fondateur et Directeur Général de Lingo24, une société internationale de services de traduction et de localisation. Fondée en 2001, Lingo24 compte à présent 120 employés répartis sur quatre continents et des clients dans plus de soixante pays. Le thème de son intervention : comment faire passer votre marketing en ligne au multilingue : localisation et SEO ?

 

GlobeGr_L24.jpg

 

Si l'anglais reste la langue la plus utilisée sur internet, il ne faut pas oublier que les trois quarts de la population mondiale n'ont pas l'anglais comme langue maternelle. Bien qu'un grand nombre de personnes parle l'anglais en tant que seconde langue, des études ont montré que la majorité des internautes avaient davantage confiance dans les sites écrits dans leur propre langue, tout particulièrement quand il s'agit d'acheter et de dépenser en ligne.

Il est clair qu'une approche monolingue du marketing en ligne peut sérieusement limiter les opportunités offertes par le web quand il s'agit d'atteindre un marché réellement mondial.

 

De nombreuses considérations pratiques doivent être prises en compte lors de la conception d'un site web multilingue et multiculturel, notamment des questions telles que la facilité de navigation, le langage écrit, la mise à disposition des scripts et l'imagerie culturellement appropriée. La traduction est peut-être la partie la plus importante cependant, et c'est un domaine qui va du design aux considérations de marketing.

 

flags-11_yellow2_L24.jpg

 

Il y a de nombreuses façons de traduire le contenu de votre site. La façon la plus simple est d'ajouter un widget de traduction comme Google Translate ou Babelfish à votre site, pour permettre aux visiteurs de traduire les textes dans leur propre langue.

Un code de traduction incorporé peut également être utilisé mais le Webmaster Central Blog de Google conseille de ne pas permettre aux traductions automatiques d'être indexées, car elles pourraient être absurdes et même être considérées comme des spams.

La méthode la plus efficace de traduction consiste à recourir aux services d'un traducteur de la langue maternelle recherchée, car cela permet de préserver les nuances et la signification du contenu, et d'éviter les erreurs et l'aspect amateur et maladroit souvent associé à la traduction automatique. Et si vous décidez d'utiliser quand même la traduction automatique, vous ne devriez jamais traduire directement vos mots-clés.

 

Print-KwdTool-Glob_L24.jpg

 

Les mots-clés nécessitent une considération particulière.

 

Les mots et les termes qui fonctionnent comme mots clés dans un marché peuvent ne pas fonctionner dans un autre. Les familiarités, les synonymes, les abréviations et même les emprunts à d'autres langues peuvent être plus populaires dans certains domaines, et un peu de savoir local associé à une recherche de mots clés additionnels peut rapporter beaucoup ici.

 

Cela vaut aussi la peine de se rappeler que, bien qu'il soit certainement le moteur de recherche le plus populaire au niveau mondial, Google peut ne pas être dominant dans votre marché cible. Yandex est le moteur de recherche le plus populaire en République tchèque, tandis que Yahoo! Japan est plus largement utilisé au Japon que le moteur de recherche japonais de Google. Les critères pour des mots-clés qui marchent peuvent varier d'un moteur de recherche à l'autre, et, là encore, cela vaut la peine d'investir un peu de temps pour rechercher les mots-clés pour le moteur de recherche dominant dans chaque marché cible.

 

Ciblage géographique et langue

Vous pouvez envisager un site traduit unique pour chaque langue (un pour l'espagnol, un pour l'anglais, un pour le français etc.) mais vous devez garder à l'esprit les différences dans les variantes régionales.  Par exemple, Trem est utilisé pour dire « train » en portugais du Brésil, alors que comboio est employé en portugais standard (du Portugal).

De la même manière, en Espagne, coche signifie « voiture » tandis qu'en Amérique hispanophone, le même mot désigne une poussette ou un landau. Si vous ciblez un certain nombre de pays par langue, vous devez vous assurer que tout le contenu de votre site signifie ce que vous pensez à travers les différentes régions géographiques et culturelles.

Cibler chaque pays séparément vous aidera à réduire au minimum les potentielles erreurs linguistiques et vous permettra de faire des références culturelles qui pourraient ne pas dépasser les frontières.

 

Domaines localisés

 

Si vous ciblez des pays spécifiques, vous voudrez peut-être investir dans un domaine de premier niveau avec code pays (par exemple mysite.es pour l'Espagne) pour chaque version localisée de votre site. Cela vous aidera à faire augmenter votre classement sur les moteurs de recherche locaux de Google et les autres concurrents locaux. Des domaines de premier niveau (TLD) peuvent être onéreux à mettre en place et prendre du temps à entretenir, cependant il peut suffire d'avoir un seul TLD (comme mysite.com) et d'établir des sous-domaines ou sous-répertoires distincts pour les versions en chaque langue de votre site, par exemple es.mysite.com ou mysite.com/es/.

Il est important de conserver au minimum vos différentes langues sur différentes pages, car des langues multiples ou côte-à-côte sur la même page peut perturber les robots des moteurs de recherche et avoir une influence négative sur votre classement. Si vous décidez de ne pas utiliser de TLD spécifiques par pays, Google possède un outil de ciblage géographique dans ces outils pour Webmasters, qui vous permet de spécifier des cibles géographiques particulières pour différents sous-répertoires ou sous-domaines.


En gardant à l'esprit que vous devez traiter chaque pays personnellement par votre présence en ligne afin de les atteindre efficacement, et en mettant ensuite en place des stratégies de localisation et de SEO comparables à vos efforts sur l'internet en anglais, vous pouvez augmenter votre public potentiel jusqu'à 75 %, ce qui constitue une augmentation non négligeable !

 

Retour à l'accueil