Laisse-moi te dire

Idées, projets, vision... pour faire bouger le pays, les gens et les marques en Martinique et ailleurs...

Laisse-moi te dire

Quand 93% des martiniquais veulent un service minimum sur le port...

Alors que l'activité économique de l'île est complètement arrêtée par un conflit sans précédent sur le port de Fort-de-France, l'institut d'études LH2 Dom vient de réaliser un sondage d'envergure auprès des martiniquais. Il en ressort les points suivants :

95%, soit près de la totalité des personnes interrogées ont entendu parler de la grève du port. 46%, soit près de la moitié des interviewés considèrent que cette grève est gênante dans leur vie quotidienne.

 

CMA CGM Fort Ste Marie Fort de France-port

 

L’objet du conflit étant principalement les salaires, il a été demandé aux personnes interviewées si elles trouvaient juste ou justifiée la demande d’augmentation de salaire des dockers : 66%, soit 2 interviewés sur 3 estiment que cette demande d’augmentation n’est pas juste ou justifiée. Et plus encore, 70% estiment que cette grève n’est pas juste ou justifiée. 

 

Compte-tenu des enjeux économiques, se pose donc aujourd’hui la question de ce que l’on pourrait appeler « la sanctuarisation du port ». Il a ainsi été demandé aux interviewés si selon eux, les grèves devraient être interdites sur le port ; 43% ont répondu « oui », les grèves devraient être interdites. 

 
Il a aussi été demandé si un service minimum devrait être obligatoire sur le port de Martinique en cas de grève ; à cette question, 93%, soit la presque totalité des interviewés a répondu « oui ».

 

Ce sondage nous montre que la grève du port est un sujet suivi par les Martiniquais, que dans la vie quotidienne, la gêne commence à se faire sentir, que dans leur majorité, ils ne soutiennent pas les revendications des grévistes, et qu’il conviendrait de prendre des mesures de sanctuarisation du port.


Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

leopold st john 18/11/2014 07:04

Faire grève pour obtenir plus quand une économie entière souffre et dépend de mon travail, cela me rappelle l'épicier du coin qui vendait ses oeufs trois fois le prix durant la guerre. Est ce juste ? Comment le syndicat peut il encore parler d'intérêt général, de démocratie ? Karl Marx lui même refuserait cette honte. Un salarié qui fait grève pense t il aux entrepreneurs qui meurent à cause de sa grève. Je suis choqué. L'État existe t il encore ?