Laisse-moi te dire

Idées, projets, vision... pour faire bouger le pays, les gens et les marques en Martinique et ailleurs...

Laisse-moi te dire

Le poème du dimanche : Portes d'Enfer.

C'est dimanche, jour du poème d'Hippolyte de Reynal. Aujourd'hui, un sonnet qui nous raconte la verdoyante petite commune de Fonds Saint-Denis, nichée au nord de la Martinique, sur les flancs de la Montagne Pelée.

fonds-saint-denis-martinique-cascade-laisse-moi-te-dire.jpg

Portes d'Enfer (Fonds Saint-Denis)
 

Ô Porte de l'Enfer, paradis des cascades,

De la chaste fraîcheur, vierge ruissellement

De sources, de ruisseaux, de torrents écumants

Dans la pure gaieté des vives cavalcades ;


L'âme, près de franchir ta haute et sombre arcade

Se retourne et veut dire : "arrête un moment,

Vivre est doux, vivre est bon. Nous sommes deux amants,

Va, laisse-nous, ô mort, finir la promenade" !


Hélas, le moment fuit comme l'eau du torrent ;

L'instant n'est qu'un éclair ; ainsi des diamants

Qui vibrent dans l'écume et luisent par saccades ;


Et notre pauvre joie ira clopin-clopant ;

Aveugle, s'en viendra heurter ta colonnade,

Ô Porte de l'Enfer... que garde le Serpent !

(Hippolyte de Reynal)
 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article