C'est dimanche, jour du poème d'Hippolyte de Reynal. Aujourd'hui, un sonnet sur l'éruption de la Montagne Pelée en 1902 qui détruisit la ville de Saint-Pierre. Quand la ville Martyre se relèvera-t-elle ?

champs-de-lave-du-magma-laisse-moi-te-dire.jpg


Les Champs de lave du Magma


Il est de courts chagrins comme des pleurs d'enfants

Qui passent comme l'ombre et comme la rosée ;

Il est de longues plaies où fermente le sang

Et qui navrent le cœur d'une étrange nausée.


La blessure à ton flanc jamais cicatrisée

A versé son venin dans ton cœur indolent,

Ô ma pauvre île, et t'a longtemps tyrannisée

De sa sourde douleur et de son mal brûlant !


Ô plaines de la mort de larmes arrosées,

Et vous frêles amours, en cendres déposées,

Quand donc revivrez-vous dans le jour renaissant ?


Déjà la lave enfin paisible, exorcisée,

Par des germes obscurs longtemps fertilisée,

A la sève encor pâle infuse un suc puissant !

(Hippolyte de Reynal)


Retour à l'accueil