Laisse-moi te dire

Idées, projets, vision... pour faire bouger le pays, les gens et les marques en Martinique et ailleurs...

Laisse-moi te dire

Le poème du dimanche : Fonds Canonville.

C'est dimanche, jour du poème. Merci à Alexis qui a exhumé les sonnets martiniquais d'Hippolyte de Reynal et les publie au compte-goûte sur son blog...  

FondsCanonville alexis de reynal laisse moi te dire

Fonds Canonville
 

Quelque vaisseau très las d'un voyage très long

A l'aiguade fermant l'harmonieuse crique

Amène, dans le chaud silence des Tropiques,

Sa voile de misaine et celle d'artimon.


Flibustiers sans vergogne et cadets sans renom

Saluent d'un cri joyeux "les lendemains épiques" ;

Et la fièvre qui brûle en leurs chairs faméliques

Ne laissera demain que la cendre d'un nom !


Un nom qui vibre encor d'une étrange musique,

Dans l'odeur de la poudre et l'encens pacifique,

Où fleurit le pommier, où tonne le canon !


Une cendre qui sur la terre où Dieu l'exile

Tressaille, quand l'écho du "Coffre à mort" répond

A vos lointaines voix, cloches de Corneville !

(Hippolyte de Reynal)

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article