Idées, projets, vision... pour faire bouger le pays, les gens et les marques en Martinique et ailleurs...

Laisse-moi te dire

Quand Aurore Holmes prend Une Minute...

Quand Aurore Holmes prend Une Minute...

Merci Aurore d'avoir pris Une Minute 😉. Merci pour votre regard aiguisé et sensible. Je me permets de publier ici votre note de lecture qui, bien sûr, me va droit au coeur :

J’ai lu Une minute de Emmanuel de Reynal, un labyrinthe de pensées évoluant dans la brume d’un matin confiné. Un texte que l’on pourrait tout aussi bien parcourir aux premières lueurs du jour en paressant encore et encore un peu, la tête négligemment enfoncée dans nos oreillers, et comme une mise en abyme ou un jeu de poupées russes par rapport à l’auteur.

Je propose ces quelques lignes sur un livre de 122 pages, en tant que simple lectrice et non en tant que critique littéraire. Demeurer en équilibre sur la corde si fine de l’analyse est un exercice périlleux lorsqu’une certaine neutralité devient impossible. Esquiver l’abondance des compliments si l’on est convaincu du talent de l’écrivain autant que lacérer son œuvre à coups de mots tranchants lorsque celle-ci nous déplaît est une tâche ardue à laquelle je ne me plierai point.

Le talent d’Emmanuel de Reynal est à multiple facettes, surfant tantôt sur la poésie des impressions et du verbe, tel un peintre imposant ses touches de couleurs jusqu’au rendu d’une scène ou d’un paysage, ou tantôt sur le questionnement et la dureté d’un monde trop réel qui nous échappe.

Une Minute est un texte centré sur la période qui nous a tous interrogé, bouleversé, celle liée au virus Covid-19, un texte qui aborde, sans fards, les problématiques à la fois sociétales, psychologiques, philosophiques, politiques et économiques provoquées par une épidémie soudaine, d’origine inconnue et scientifiquement, du moins au début, non maîtrisée.

Une belle humanité transparaît dans ce livre, celle qui nous lie au sein de nos familles, de nos peuples et de notre monde. Un étonnement, un questionnement lucide, cinglant, sans fin qui nous appelle à plus de sagesse et de réflexion, tout en avouant l’impuissance et la fragilité de nos constructions sans jamais pour autant se dire vaincu. Car la résilience est là, celle qui nous replante debout sur nos terres, celle grâce à laquelle nous relevons nos manches pour un avenir meilleur.

Une Minute est un livre qui nous ressemble, touchant, sensible mais réaliste et pragmatique. Il interroge nos peurs, nos faiblesses tout en nous proposant des solutions.

Lisez-le ! Vite !

Aurore Holmes

Partager cet article
Repost0
Pour ĂȘtre informĂ© des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article