Laisse-moi te dire

Idées, projets, vision... pour faire bouger le pays, les gens et les marques en Martinique et ailleurs...

Laisse-moi te dire

Quand la yole de Martinique est enfin reconnue à l'UNESCO...

Quand la yole de Martinique est enfin reconnue à l'UNESCO...

La Yole de Martinique appartient au patrimoine mondial de l’UNESCO. Elle fait maintenant partie des richesses culturelles immatérielles de l’humanité. Désormais, elle fera rayonner la Martinique bien au-delà de ses frontières. Elle montrera les plus belles facettes de notre île, celles que nos traditions façonnent depuis des siècles, celles que taillent aujourd’hui les hommes de la mer, celle que nos baies subliment à chaque rayon de soleil... Elle fera connaître au monde sa langue, ses acrobaties et sa danse. Elle dévoilera les secrets d’une embarcation qui n’est rien sans ses équipiers.

La yole de Martinique brille aujourd’hui par-delà les mers de la Caraïbe, et nous devons ce nouvel éclat à la ténacité d’un homme, Edouard Tinaugus, qui a su embarquer toutes les énergies dans son rêve. Merci Edouard, merci à tes amis, merci aux yoleurs, merci aux Barrés de la Yole et merci à toutes celles et ceux qui ont contribué à cette magnifique réussite. Vous avez offert à la Martinique un cadeau immense : la fierté.

Fierté dans une pratique traditionnelle qui incarne à elle seule toutes les valeurs humaines de la Martinique : l’effort, l’audace, l’engagement, la solidarité, l’harmonie, la liberté, l’intelligence collective, la passion, la joie de vivre…

Mais en braquant fièrement les lumières du monde sur notre tradition marine, vous nous obligez à la faire vivre malgré les difficultés du moment. Vous nous obligez à réfléchir aux conditions de sa pérennité.

La yole de Martinique se nourrit de son tour annuel, qui coûte de plus en plus cher et met ses associations en difficulté chronique. Le titre de l’UNESCO nous donne l’occasion de revenir à l’essentiel : promouvoir une activité traditionnelle accessible au plus grand nombre.

Le moment est venu pour la Fédération locale de mettre en œuvre les réformes de bon sens qui permettront aux yoleurs de poursuivre sereinement leur aventure. La première d’entre elles consiste à stopper la « course aux armements » lors des compétitions, en réduisant notamment la taille des voiles, en divisant par deux leur nombre autorisé, en amortissant chaque coque sur deux ou trois éditions, et en ne sélectionnant que des matériaux traditionnels pour leur construction. Ces simples mesures permettraient de réduire sensiblement le budget des associations. Elles permettraient en outre à de nouvelles yoles d’apparaître sur les eaux de Martinique… et à notre patrimoine culturel immatériel de briller encore longtemps à l’UNESCO !

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article