Laisse-moi te dire

Idées, projets, vision... pour faire bouger le pays, les gens et les marques en Martinique et ailleurs...

Laisse-moi te dire

Quand la réalité n'existe que si quelqu'un est là pour la raconter...

Aujourd’hui, il est plus que jamais crucial d’être informé et d’avoir accès aux faits.

Dans un paysage où les fake news et les desseins complotistes prospèrent, la véracité et la qualité de l'information est un combat, et ce combat passe par des journalistes qui vont au bout de leur travail et le font en pleine conscience des enjeux. Qu’il s’agisse de lanceurs d’alerte chinois, qui ont bravé la censure pour nous alerter sur la gravité de la pandémie, des grands médias américains, qui luttent sans relâche contre la désinformation et ont joué un rôle majeur dans la défense de la démocratie en cette année électorale, ou des journalistes qui, partout dans le monde, défendent les minorités, l’environnement, dénoncent les violences policières, la corruption. 

Le rôle de Reporters sans Frontières est de chaque jour défendre celles et ceux qui nous permettent de comprendre le monde et d’agir. 

Réalisé par Vincent Rodella et la société de production Birth et le studio Mathematic, le nouveau film de Reporters sans Frontières présente quatre scènes comme autant d’exemples de faits que les journalistes nous permettent d’éclairer : un prisonnier détenu dans des conditions indignes, des migrants exténués dont certains n’iront pas plus loin, une jeune femme qu’on marie de force, et les corps inertes des victimes de la COVID-19 qu’on aligne sur une patinoire lointaine. Ces scènes, peintes comme des tableaux, disparaissent peu à peu pour ne laisser que des plans vides ; et le film de rappeler une évidence : la réalité n’existe que si quelqu’un est là pour la raconter.

Pour faire un don à Reporters sans Frontières : https://donate.rsf.org/b/mon-don

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article