Laisse-moi te dire

Idées, projets, vision... pour faire bouger le pays, les gens et les marques en Martinique et ailleurs...

Laisse-moi te dire

Quand le jour d'après, on saura...

Quand le jour d'après, on saura...

Le jour d’après, on saura...

Se laver correctement les mains,
Eternuer dans le creux du coude,
Faire 10 pompes d’affilée,
Lire un livre,
Téléphoner à ses proches,
Travailler en caleçon,
Se réunir à distance,
Utiliser Google Meet, Facebook Live, Zoom,
Étudier sans aller à l’école,
Voyager sans partir,
Planter des arbres, des fruits, des fleurs,
Faire des tartes à la tomate, des gâteaux à la banane,
Discuter à table,
Écouter les enfants,
Se poser, faire la sieste,
Prendre le thé et parler,
Apprécier le temps,
Méditer peut-être,
Consommer moins,
Consommer mieux,
Se débarrasser du superflu,
Aller à l’essentiel,
Classer ses priorités,
Respirer un air plus sain,
Aimer la nature,
Prendre conscience de ses propres fragilités, de celles du monde,
Être un peu plus humble,
Comprendre les autres,
Partager ce qu’on aime,
Créer des chaînes de solidarité, d’empathie,
Coopérer, prendre en compte l’expérience des autres,
Être plus utile, plus responsable,
Abandonner ses certitudes,
Rebondir, imaginer la suite...

Le jour d’après, on saura tout ça.
Qu’en ferons-nous ?

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Roland 22/04/2020 06:52

Le "Jour d'après", le "Jour d'après". Pourquoi cette référence cinématographique (ou de téléfilm ?) dans la bouche d'un président français ? Est-ce qu'il n'aurait été plus simple de dire : "quand cette crise sera finie..." Est-ce qu'elle ne révèle pas le visage de l'équipe qui rédige ses discours ? Je l'imagine, toute fière de ce bon mot, que vous reprenez ici dans ce bel article, certes. Mais ce mélange des genres (c'est comme ça que je le ressens), révèle aussi la distance que cette équipe s'emploie à maintenir avec la souffrance de ce peuple français. On dirait qu'on joue, qu'on se fout un peu de la gravité de cette épidémie. On dirait de l'humour noir mais dans un cercle d'initiés, échappant à la grande majorité de la population. Je trouve ça malsain. Je me trompe peut-être. Il ne s'agit peut-être pas d'une référence à un film. Mais, si j'ai raison, n'ont ils pas confondu avec le film "28 jours plus tard" ?

Pregny Styde 26/03/2020 13:23

Bonjour,
On rajeunit dans nos têtes puisqu'on est en mouvement. Un minimum de méfiance et de précaution est nécessaire à notre santé. Continuons à nous adapter ainsi, car notre bien-être est à la clé.

De Reynal Bertrand 25/03/2020 15:57

Bonjour Emmanuel.
Je suis à l'affût de ton papier tous les matins. Bravo et merci.