Laisse-moi te dire

Idées, projets, vision... pour faire bouger le pays, les gens et les marques en Martinique et ailleurs...

Laisse-moi te dire

Quand l'amitié devient un délit...

Quand l'amitié devient un délit...

La cour de cassation vient de publier un arrêt instituant le « délit d’amitié ». Désormais, lors d’une passation d’un marché public, le seul lien d’amitié constaté entre l’élu et l’attributaire est passible de condamnation !

Le simple fait de prendre un verre, de partager un repas, de répondre à une invitation privée, de manifester une relation amicale risque d’entrainer une responsabilité pénale, même si par ailleurs toutes les règles objectives du marché sont respectées !

C’est non seulement une notion subjective qui est dorénavant soumise à « interprétations objectives », mais c’est surtout une qualité humaine que le droit transforme en défaut.

Après le « délit d’amitié », allons-nous instituer le « délit de fraternité », le « délit de compassion », le « délit d’amour » ?...

On croit rêver !

Une relation d'amitié n’est rien d’autre qu’une sympathie naturelle entre deux personnes. Elle nait de la découverte d'affinités ou de points communs et implique un partage de valeurs morales communes. Entraide, écoute, échange, soutien, partage… elle nourrit sans doute ce qu’il y a de mieux dans l’humanité.

L’amitié est une vertu dont l’homme doit s’enorgueillir ; l’idée même de « délit d’amitié » est une insulte à la dignité humaine, car elle laisse entendre qu’il est plus vertueux pour l’homme de s’opposer plutôt que de se rapprocher, d’ignorer plutôt que d’aimer.

Comment en est-on arrivé là ? Comment en est-on arrivé à considérer que l’amitié puisse être condamnable ? Comment se fait-il que la loi ait pu tordre à ce point une valeur humaine essentielle ? Faudra-t-il enseigner demain l’inimitié à nos enfants pour qu’ils puissent s’épanouir dans leur vie professionnelle ? Décidément, on marche sur la tête !

Edgar MORIN disait récemment que l’humanité se résume simplement au conflit entre deux forces : celles de l’égoïsme et celles de l’altruisme ; en d’autres termes, des forces négatives et des forces positives. Et le but d’une vie est que les premières pèsent moins lourd que les secondes dans notre balance personnelle.

Personne ne me fera croire que l’amitié est une force négative !

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article